Tourisme à New York - A travers les USA - ARIZONA ET UTAH à New York
Inscription Newsletter
Tourisme à New York > A travers les USA

ARIZONA ET UTAH

Yvette et Cyril racontent...

Une Visite au Sud-Ouest des Etats-Unis du 1 au 8 juillet 2003. "Nous sommes un couple américain-français (Yvette la New-Yorkaise et Cyril le Parisien). Nous aimons New York, mais après un printemps pluvieux, nous décidons d’aller profiter d’un temps chaud et ensoleillé dans le désert américain."

LE PREMIER JOUR : NEWARK - PHOENIX

Départ de Newark à 8h50, arrivée à Phoenix quatre heures et demie plus tard, soit à 10h30 heures locale. Nous prenons une voiture à l’aéroport. Il s’agit d’une voiture catégorie Sedan – mid size louée avec la compagnie Thrifty ; le prix annoncé était de $140 lors de la commande, mais avec l’option second chauffeur ($5 / jour) et les taxes locales, nous arrivons à $300.

Nous faisons notre première expérience de l’air non conditionné : nous sommes dans un sauna. La température est de 95ºF -soit environ 34ºC-, et très sec, ce qui aide de façon significative à supporter la chaleur. Pour les prévisions météo, se référer notamment à au site Weather.com.

Nous allons au complexe hôtelier Le Phenician, dans la ville de Scottsdale, adjacente à Phoenix. Les chambres sont à environ $140 / nuit, et l’hôtel est situé à 15 mn de l’aéroport sur le flanc d’une colline rouge. Dans le complexe hôtelier, un jardin botanique de cactus avec des animaux du désert tels un petit iguane et des colibris. Avec sept piscines, des courts de tennis et un golf, on se sent rapidement bien loin de New York. On s’amuse de voir un canard nous rejoindre nager dans une des piscines. Egalement la possibilité de profiter des SPAS qui contribuent à la promotion du Phenician. Nous dégustons des Pricky Pear Margarita, à base de sirop rose du Cactus Pricky Pear. A la recherche d’un diner style Western, nous allons à environ 7 minutes de l’hôtel au Cowboy Ciao (chow = food). La liste des 1,400 vins est impressionnante et on se rabat vers les flights afin de pouvoir goûter plusieurs vins.

DEUXIEME JOURNEE : PHOENIX - JEROME - SEDONA - GRAND CANYON VILLAGE

Nous prenons la direction Nord sur la Highway 89. La route, parfois longtemps rectiligne, passe au travers du désert parsemé de grands cactus.

Nous faisons un détour par Jerome, ancienne ville minière (cuivre, argent, or), sur un flanc de colline. Désertée en 1953, la ville a cependant evité de devenir une Ghost City grâce à l’implication d’artistes (peintures, sculptures) et d’organisations historiques. Le petit musée de Jerome, suivi d’un coup d’œil ou d'une bière fraîche au Spirit Room, et la visite de quelques galeries -notamment la Raku Gallery avec sa vue impressionnante sur la vallée- méritent le détour. Autre endroit anecdotique, même si les trésors sont chers : une Antique Shop avec ses vieux bibelots, probablement sur la Main Street, entre la Raku Gallery et le minuscule Visitor Center.

La visite du Jerome Historical Center prend du temps que l’on peut regretter par la suite de la journée. Toutefois les informations et présentations peuvent plaire. Nous avons aimé les pierres phosphorescentes.

Retour sur la 260 et 89, pour se rendre à Sedona, la ville dans les montagnes rouges. Très touristique, on passe rapidement… Pourtant, on y reviendra avec joie le dernier jour. Sur la route de montagne 89, on s’arrête pour se rafraîchir quelques minutes dans la rivière. On peut aussi s’arrêter aux Slides Rocks pour glisser sur les rochers. Les sapins et la verdure mettent bien loin les cactus de Phoenix.

Nous arrivons au Grand Canyon Village vers les 6 heures, achetons la carte annuelle d’accès aux parcs des Etats-Unis, la National Parks Pass ($50 pour deux personnes), qui sera rentabilisée lors de nos prochains accès aux Parcs. Nous recommandons de laisser ce pass dans la voiture afin de pouvoir facilement et rapidement le présenter aux arrivées aux Parcs. On ne voit pas le « trou » du Grand Canyon de la route et pourtant la forêt s’arrête bien brutalement. Le Grand Canyon Village est constitué d’une route principalement circulaire, avec sur la façade nord, des accès en voiture à des points de vue et des départs de promenades. Une gare ferroviaire voit la visite quotidienne d’un train à vapeur. Les abords des points de vue du Canyon sont facilement praticables pour tous publics. Nous nous rendons au point Yavapai reputé pour être un très bon point de vue pour les couchers de soleil. Le coucher de soleil est vers les 6 :30 – 7 :30 début juillet. MAGNIFIQUE !!!

Si nous pouvions changer l'organisation de la journée, peut être recommendrions-nous d’essayer d’arriver plus tôt au Grand Canyon et d’essayer de se rendre à plusieurs points de vue notamment ceux proches du village. Nous allons au El Tovar, hôtel du village du type Western. Le personnel n’est pas très hospitalier. La restauration est correcte (superbes scallops). Victimes de l’exagération de programmation de la climatisation, nous avons regretté de ne pas avoir un pull. Nous recontrons des touristes de toute la planète et des Etats-Unis, notamment Kile de Pea Ridge, Alabama avec qui nous refaisons le monde (étoiles, barbecue sauce et W Bush).

TROISIEME JOURNEE : AVION RAFTING DANS LE GRAND CANYON


- Pour la tenue, prévoir comme chaussures, tennis ou chaussures de planche à voile, short, lunette de soleil, tenue de change pour sortie de l’eau, casquette, haut (aussi bien à manche longues pour se protéger des rayons du soleil et de ses réverbérations).
- Pour le sac, prévoir un minimum de boisson pour environ 2 heures (avion + bus), crème solaire, appareil photo, appareil photo étanche.
- Reservations : LIEN URL grand canyon national park web site.

Réveil vers 5H30, direction aéroport du Grand Canyon Village (environ 15 mn depuis les hôtels du Grand Canyon Village, moins de 3 mn des hôtels hors du Parc), a l’aeroport, se rendre au guichet de Grand Canyon Air (porte d’entree de gauche). Nous rencontrons Henry qui sera notre pilote. Apres ¾ heures de vol, quelques aperçus du Canyon, nous aterrissons sur une piste pratiquement perdue dans le désert.

Nous sommes dans la réserve indienne des HAVASUPAI qui gèrent toutes les activités de la réserve. Le chauffeur Don nous conduit à un hôtel (possibilité de petite restauration), ou après une longue attente, nous rencontrons les autres touristes de la journée. Nous sommes environ 40 personnes (12-60 ans). Nous traversons le village sans grand caractère des HAVASUPAI et commençons la descente vers le Colorado. Le bruyant bus, sur un chemin très cahotique, s’enfonce dans les ravines et montagnes. En suivant un ruisseau, après 1 heure de paysage magnifique de descente du plateau, on rejoint le Colorado au pied de Diamond Creek, point d’embarquement du rafting.

On nous donne des gilets de sauvetage, une boite étanche (équivalent en taille à une boite à chaussures), pour les effets auxquels nous souhaitons accéder durant le rafting (crème solaire…), un grand sac étanche dans lequel nous pouvons mettre notre sac qui contient notre tenue de rechange et appareil photo « non étanche ». Nous nous constituons par groupes de 8 à 12 personnes. On nous affecte rapidement un bateau et un guide-pilote. Nous avons la chance d'avoir une pilote et un guide, nous aurons la chance de parler avec eux en étant à l'arrière du bateau, de surcroit à l’abri des fortes secousses et éclaboussements de la proue. Les bateaux rafting sont d’imposants Zodiac équipés de deux moteurs et d’un grand cooler avec des boissons fraîches et des repas.

Nous partons rapidement sur le Colorado. Les premiers rapides éclaboussent et rafraichissent avec joie. La taille du raft et la maîtrise du pilote rassurent très rapidement sur la poursuite de la journée. Certes les rapides du Colorado à ce niveau du fleuve et en cette saison sont estimés non dangereux, il n’en reste pas moins que plus d’une personne y a disparu. Les paysages sont fantastiques, grandioses, énormes ! Devons-nous les décrire ou vous laisser la joie de les découvrir ?

Une petite escale pour remonter un cours d'eau et découvrir une chute d’eau, fraîcheur et calme du Canyon. Sandwichs en bord de fleuve, puis paysages toujours magnifiques, on imagine la belle montagne est la dernière, mais elle cache peu de temps une autre jolie formation géologique. Nous nous baignons dans le fleuve, apercevons des Montaign Goats, deux touristes, arrivés en cayak, lisant à l’ombre d’un mur montagneux... Vers 4 heures on aperçoit des embarcations fluviales de touristes arrivés par hélicoptère. On arrive au terminus du rafting. Les guides remonteront le fleuve à contre courant en quelques heures.

L’hélidrome en bord du fleuve, à une cinquantaine de marches, se limite à quatre bases pour hélicoptères, des cabines de toilettes et une paillasse pour nous abriter des rayons du soleil. On nous constitue par groupe de 4 ou 6 pour partir en hélicoptère. On aimerait être à côté du pilote. On apprend que c’est la personne la plus légère qui a droit à cette place, aussi on fait suite à l’information en manifestant avec un sourire une motivation qui sera vite comblée. L’hélicoptère remonte en quelques secondes la falaise, on apperçoit les rafting repartir, et de très près des reliefs du Canyon ; on ressent les courants d’air chaud qui y circulent. En moins de 2 minutes on est sur le tarmac d’un aérodrome, où nous retrouvons goudron et commerces (utiles pour se fournir en pellicules photo). Henry, le pilote de l'avion, nous attend. Les appareils photos doivent à nouveau se préparer à marquer des souvenirs. Pratiquement une heure de vol au dessus du Grand Canyon qui s’étale comme jamais sous nos yeux sur des centaines de kilometres. Doit-on vous décrire ? De retour au Grand Canyon Village, nous en voulons encore, de ce Canyon. Aussi nous allons au point Bright Angel Trailhead afin de marcher et descendre dans le Canyon.

QUATRIEME JOURNEE : GRAND CANYON VILLAGE – ZION – BRYCE

Départ vers 9 heures, ce qui s’avèrera trop tard dans la poursuite de la journée. On se régale des couleurs du lever de soleil sur l’East Rim du Grand Canyon, à chaque point de vue tout au long de la route à l’Est du Grand Canyon Village qui permet de contempler le Canyon. Mais il n'est peut-être pas utile de s’arrêter à TOUS les points de vue. Ne pas omettre Moran Point. Le Tower Point, n’est pas le plus spectaculaire, mais il est le dernier de la zone Grand Canyon sur la route. On quitte Tower Point vers 11 heures ce qui, on le resentira en fin de journée, met notre emploi du temps bien en retard.

On prend les routes 64 et 89 et, à Bitter Spring, plutôt que de poursuivre vers Page, on prend la 89A. Nous ne saurons si Page est une ville moderne avec comme seul intérêt le barrage qui ferme le Lake Powell, on se dirige vers des zones arides, avec notamment les Vermillion Clifts. On passe le Colorado au niveau de Marble Canyon, puis on longe les Vermillion Cliffs. On arrive en Utah, et on avance les montres d’une heure. A l’approche du Zion Park, on apperçoit de Buffalos dans un ranch sur la route 9. On arrive à Zion et en ce qui concerne notre expérience et nos plans, nous ne pourrons voir que très peu de ce parc. Accessible en voiture par le Sud et l’Est, il nécessite de prendre un bus à son Junction Point pour pouvoir s’enfoncer dans ses gorges. On nous indique que cela nécessite 3 heures. La poursuite de notre programme ne nous donne qu’une heure...

Nous filons en direction de Bryce Canyon, sur le chemin à verdure a bien remplacé les contrées désertiques de la matinee. Passage sur la Route 12, au travers du petit parc de Red Canyons, néanmoins très joli. Nous arrivons vers 7 heures au Rodeo à Rubbys. Disons que si on est sans enfant, on peut rater le début de cette attraction touristique. Les enfants sont le cœur de ce spectacle : courir après des lapins, ou encore monter sur des moutons. Tous les jeunes spectateurs sont les bienvenus, mais avoir sa propre assurance, on ne se retournera pas contre l’animal ni l’organisateur pour les hématomes ! Le vrai rodeo avec des montées de taureaux et chevaux et lassoing de jeunes taureaux est en fin de spectacle vers les 20H00. Profiter plus de Zion et « zapper » le rodéo ne sera pas un choix incensé.

Au Rubby’s nous dormons et nous restaurons (buffet libre pour $15) dans le grand complexe touristique. Il y a des possibilités de dormir dans un Tipi, en bord de route, mais dans un climat où on profitera de nuits à la fraiche, loin les ronronnement d’air conditionné et bonjour le rêve d’enfant. Riche en magasins (photo, épicerie, camping..), le complexe offre des possibilités de balades notamment en charrette type conquête de l’Ouest avec le Stagecoach Ride ou Covered Waggon.

CINQUIEME JOUR : BRYCE – CAPITOL REEF

Réveil vers 7 heures, on file à l’extrême sud de Bryce (compter environ 30mn pour s’y rendre). On gèrera cette fois mieux notre temps en étant sur un retour et de toutes façons, les arrêts point de vue sont sur la gauche de la route, autant éviter de couper la voie routière à chaque étape. A l’extrême sud, à Sky View, nous partons pour une ballade de 20 minutes qui finalement n’est pas de grand intérêt par rapport aux autres beautés du Parc. L’arrêt au Natural Bridge nous plait.

De Sun Set Point, nous partons pour le Navajo Loop. Cette balade de 1.3 miles peut prendre entre 45 et 60 minutes selon ses aptitudes physiques, la chaleur et les pauses que l’on se donne. En bas, le Wall Street, ces hauts sapins qui ont trouvé leur voie entre les formations rocheuses.

Nous quittons Bryce Canyon vers 12 heures. Nous arrivons au Bed and Breakfast Sky Ridge près de Capitol Reef vers 18 heures. Nous n’irons pas dans le centre de Capitol Reef, nous filons voir les Pétroglyphes indiens, sur le bord de la route en direction nord, route que nous reprendrons le lendemain. Nous allons pour une balade de 1 heure dans les Narrows, en remontant la rivière assechée, entre de très proches parois, très hautes. Peut-être aurions-nous dû aller à Hickamn Bridge ce soir, et faire les Pétroglyphes demain matin ?

SIXIEME JOUR : CAPITOL REEF - NATURAL BRIDGES PARK - MONUMENT VALLEY (env 183 miles)

Par un léger detour sur la nous passons au Natural Bridges Park, tour de 9 miles avec 3 grands ponts naturels (environ 1 heure).Le pont Owachomo est l'un des plus jolis. Pour le dejeuner , nous nous sommes arretes a Bolder a un grill avec d'importantes portions de hamburgers. Le Hell's Backbone Grill (organic food) a une tres bonne reputation malgre sa localisation tres lointaine.

Les routes 163-261 passent sur un haut plateau. La route TOMBE, vertigineuse descente, sur la Valley of the Gods par un route non goudronnee, en lacet. La vitesse est limitée à 5 miles/ hour. Le paysage est immense et spectaculaire. L'arrivée sur la région de la Monument Valley est un moment innoubliable...

Nous nous rendons au Bed and Breakfast de valley of the Gods, seule habitation dans un rayon de 30km, surface de 360,000 acres, et donc coupée d'électricité et eau courante. L'énergie est produite par un paneau solaire et une hélice éolienne. La propriété a été construite par décret connoté conquête de l'Ouest avec un Homestead Act du XIX siècle, en quelques mots : on peut s'y installer, et on devient propriétaire si on y réside plus de 20 ans...

Se rendre au Goose neck, à quelques miles au sud de Valley of the Gods, les courbures de la rivière en contre bas sont amusantes et impressionantes de symétrie.

On poursuit sur la même route pour apercevoir le Mexican Hat, puis le Trading Post de San Juan, notamment le Cafe San Juan, près de la rivière. Le Cafe permet de gouter quelques plats Navajo (fry bread) aux portions généreuses. Au Cafe Juan accès Internet pour $3 les 15 mn. L'arrière salle est riche de photos des années 50. On peut déguster les bières d'Utah, Etat où le pouvoir Mormon (Church of Jesus Christ of letter-day Saints), interdisent la consommation d'alcool. Nous recommandons de faire les pleins de carburants et de boissons. Aussi bien se rendre au village indien en face de la route pour l'entrée du Parc.

On se rend facilement à l'entrée du Monument Valley, parc geré par la communauté Navajo (entrée $10). La visite en voiture (interdiction de descendre du vehicule en dehors des pistes) se fait en 2 heures. Des excursions sont possibles avec des véhicules du par ou à cheval.

On retourne au Bed and Breakfast Valley of the Gods, havre du paix au milieu du désert. Malgré le calme et la poésie du lieu, le sommeil sera difficile à trouver loin d'un confort d'air conditionné. Sans ventillateur, nous trouvons le moyen de nous reposer en nous passant des serviettes humides, et en conservant les fénêtres fermées, l'air extérieur de la nuit restant plus chaud que celui de la chambre enterrée de l'ancien Vegetable Seller.

SEPTIEME JOUR : MONUMENT VALLEY - CANYON DE CHELLY - PETRIFIED FOREST - WINSLOW

Réveil matinal, pour accomplir à nouveau un long trajet, avec un moyen de transport différent à Canyon de Chely (prononcer canyon de che) à la bordure du Nouveau Mexique. En partant à 9 heures, nous sommes vers 11h30 à l'entrée du parc Canyons du Chely. Les réservations ne sont pas nécessaires ($10 / heure / pers, et $15 / heure pour le guide).

Nous partons pour 3 heures avec Will, un indien Navajo, coiffé d'un chapeau et ceinturé comme un cow boy. Malgre l'heure à mi journée, il ne fait pas trop chaud dans le Canyon. La balade nous permet de nous approcher de ruines et Petropglyphes des indiens qui vivaient dans le Canyon avant l'arrivée des Occidentaux. Après de respectueuses discussions, on cueille des Russian Olives, petites graines marrons ou rouges de ces arbustes au vert- argent. Sans risque d'extinction au contraire, ces arbustes produisent des graines appreciées notamment des chevaux pour leur goût légèrement sucré. Les graines ont un pouvoir laxatif. Lors d'une pause, en appuyant les discussions sur les habitudes des indiens et l'intéret de la cuisine, Will nous parle des Pricly Pears, ces cactus aux croissances végétales ovales et à longues et fines épines. Will en ramasse des presque mûres, et, après en avoir soigneusement enlevé les fines et douloureuses épines, il fend le cactus horizontallement pour en extraire quelques graines entourées d'un nectar qui manque encore de maturité et de douceur. Sur ses conseils, nous trouverons des PricklyPears plus mûrs et importants au centre commercial. Toutefois, l'omelette que nous cuisinerons à notre retour à New York manquera certainement de secrets culinaires. Le goût se rapproche de fades poivrons. Les chevaux se montent facilement. Le chemin sableux sous la chaleur ne les empêche pas de pouvoir trotter ou galoper.

Le circuit en voiture du Canyon du Chely se fait rapidement et des balades à pied sont encore possibles pour se rapprocher des maisons construites par les Navajo il y a plus de 400 ans...

On reprend les routes 7, 26, 27 et 191 pour rejoindre la Highway 40. La visite du Petrified Forest Parc ne fait faire qu'un détour d'une demi-heure (possible halte au magasin à la sortie du parc). L'unique route du parc conduit à la 180 qui permet de rejoindre la Highway 40 plus à l'Ouest. La quantité de roches issues d'anciens arbres est impresionnantes. Ne pas s'attendre à voir une forêt, mais un désert valonné avec des blocs parfois cylindriques de formations rocheuses. Après 1 heure et demie de route sur la Highway 40, on arrive à Winslow - hôtel La Possada sur la Second Street.

HUITIEME JOUR : WINSLOW - ROUTE 66 - METEROITE CRATER - SEDONA - PHOENIX - NEWARK

Nous apprécions l'architecture et l'esprit de l'hôtel La Possada (PUT A LINK TO BOOK HÔTEL). La bâtisse des années 30 ressemble à une gare du côté de la voie ferroviaire où passent plus de cent trains par jour. Nous partons de l'hôtel vers 10H30 et nous nous arrêtons dans des magasins de souvenirs (link route66roadworks.com) au coin de la Route 66 (101 West Second Street).

Nous rencontrons un couple de New Yorkais Francophones, presque nos voisins, faisant Chicago - Santa Monica sur la Route 66 ! La Route 66 est célèbre pour être la Main Street des Etats-Unis, mais elle fut également immortalisée notamment par une série télé des années 60. Ce coin de rue (photo) a été chanté par les Eagles par Jackson Brown : Standing on the corner in Winslow Arizona.

Nous reprenons sur la Route 66 en direction du Meteorite Crater. Nous sommes très deçus par ce musée privé ($12 / pers). Même si le trou marque par la météorite est impressionnant.

Nous reprenons la route en direction Flagstaff, de Sedona, retrouver la fraicheur d'une rivière, en dejeunant à l'Auberge http://www.lauberge.com .

Cet hôtel offre des tables de grandes qualité en bord de rivière dans les sous-bois. Il est difficile d'accès, aussi nous recommandons d'appeler le 800 272 6777 ou 928 282 1661 pour les directions et reservations. Il serait un pêché de ne pas prendre de dessert. Avec une bonne bouteille de vin, on a laissé $150 pour deux. Après déjeuner, prendre une promenade digestive jusqu'à la chaise à bascule, en bord de rivière, habitat de carnards et de hérons. Après on peut faire une balade ou faire des magasins. Une autre option, pour l'avoir fait lors de précédents séjours sur Sedona est d'aller pêcher, griller et manger son poisson dans la Trout Farm. Environ 3 miles nord de Sedona sur la Route 89A. Tout l'équipement est fourni pour pêcher et griller le poisson que le personnel peut nettoyer et préparer. Très frais et délicieux ! (Super pour des enfants).

Un peu plus au nord on peut glisser sur les rochers du Sliding Rock Park. Nous n'avons pas essayer mais c'est suppose etre amusant.

De Sedina, compter deux heures pour retourner à Phoenix.

Nous prenons le vol "Red Eye" vers 23 heures. Nous arrivons à Newark vers 6 heures (heure locale), avec les yeux rouges mais avec une coeur heureux.

Tous les endroits où nous sommes allés s'accomodent très bien en "casual". Ne Pas Oubier :
- crème solaire et lotion après-soleil.
- une mini glacière, pour la voiture, qui aidera à conserver des boissons fraîches.
- deux paires de chaussures de marche, et des tennis, chapeau, lunettes de soleil avec une cordelette (leash) pour qu'elles restent bien autours du cou pendant le rafting, prevopir un pantallon pour des balades à cheval..
- chapeau et lunettes de soleil avec une cordelette (leash) pour qu'elles restent bien autour du cou pendant le rafting
- prévoir un pantalon pour des balades à cheval.

LA CONCLUSION DE CYRIL Ce voyage par rapport à d’autres coins de la Planète : "J’ai retrouvé de la magie du désert d’Attacama et Salard d’Uyuni (Chili- Argentine – Bolivie), des couleurs de l’Atlas Marocain (Chutes de Ourzazate). J’ai été très content de découvrir d’autres cultures Américaines et d’échanger un peu avec des Amérindiens."

A suivre (photos, liens,...)

Discussion à ce sujet
Boîte à outils pratiques
Agenda New York
Novembre 2017
  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
En direct du Forum
Liens RSS et partage